Hygiène Vitale

Vivre en accord avec la nature

Nous proposons, à Flores de Vida, une manière de vivre et de nous nourrir, en accord avec la nature, à l’écoute des besoins réels de notre corps.

L’hygiénisme (ou hygiène vitale) procède de la même démarche que la permaculture et l’agriculture naturelle: plus on simplifie, mieux on se porte !
Nous mangeons trop, trop riche, trop compliqué…
Nous ne bougeons pas assez, respirons peu, sommes trop sédentaires …

Notre corps n’est pas adapté à la viande, au poisson, ou aux laitages, pas plus qu’aux aliments cuits et transformés (sans parler de la nourriture industrielle, bourrée d’additifs et de pesticides).

Retrouver le sens de la Vie

Notre corps a besoin d’aliments simples et faciles à digérer, il a besoin de bouger, d’air et d’eau pure, de soleil … de Vivre, tout simplement.

Nous avons besoin de communiquer, rire, de danser…et puis de savourer tranquillement des fruits et des légumes frais et biologiques.

Pourquoi manger cru (et vivant)?

Le cru est une excellente façon de nettoyer son corps et de lui offrir une nouvelle légèreté et une nouvelle vitalité. Manger cru permet aussi d’alléger son esprit, et de se sentir différent dans son corps, vivre de nouvelles sensations intérieures.

Quelques informations pour comprendre…
Les enzymes contenus naturellement dans les aliments crus sont détruits pendant la cuisson. Le corps a alors besoin d’en fabriquer de lui-même, ou d’aller puiser dans ses réserves (muscles, os…). D’autre part, les aliments cuits provoquent dans le corps une augmentation des globules blancs, c’est à dire une réaction immunitaire qu’on appelle la « leucocytose ». Cette réaction nous indique que le corps ne reconnait pas les aliments cuits et les considère alors comme des corps étrangers dont il faut se défendre, ce qui implique une perte d’énergie considérable, à chaque digestion d’aliments cuits.
D’autre part la cuisson engendre la transformation de certaines molécules des aliments en « molécules de Maillard et acrylamides », cancérigènes…

Bien mastiquer
Il est clair que si on ne mâche pas correctement, les aliments crus deviennent plus difficiles à digérer car l’estomac a plus de difficultés à attaquer les morceaux.Il est bon ici de se rappeler que l’estomac n’a pas de dents et que c’est notre job de lui mâcher le travail.
Quand on mange cru, l’énergie que l’on attribue habituellement à la digestion des aliments cuits et à l’élimination des toxines provenant de cette alimentation est alors redistribuée à l’ensemble des fonctions du corps. Génial ! 

La détoxination … un phénomène qu’il est important de connaître
Lorsque l’on mange cuit (et trop riche), le corps n’arrive pas à éliminer tous les déchets produits, qui finissent par s’accumuler, ce qui finit par le surcharger et réduire ses capacités à se nettoyer. Ainsi lorsque l’on passe à une alimentation saine, le corps entame un processus de nettoyage que l’on appelle la détoxination.
La détoxination peut se manifester de façons variées (diarrhées, fatigues, crise d’élimination, exaltation émotionnelle ou « coup de blues » etc…) et pour une durée variable selon les personnes. A ce moment-là, il est important de respecter son rythme, s’accorder le repos nécessaire. Autrement le corps s’épuise et la détox se prolonge.

Le bonheur de manger cru
Manger cru, simplement et en conscience permet de se connecter à l’énergie de ce que l’on mange, de découvrir des saveurs, et de profiter pleinement des éléments contenus dans les aliments. Cela nous aide à nous reconnecter à nous-même et aux besoins réels de notre corps. Et plus nous sommes connectés à nous-même, moins nous avons besoin/envie de choses compliquées et d’excitants. La viande et les produits animaux sont bien évidemment totalement superflus.

Le jeûne matinal
Le matin est pour notre organisme une période d’élimination des déchets. Or, au niveau cellulaire, le corps ne peut à la fois assimiler et éliminer. Donc, si on lui donne une digestion à réaliser il va cesser l’élimination. Nous allons ainsi rester avec nos toxines, que le corps va stocker où il peut : tissus, articulations, graisses…et nous nous encrassons peu à peu. Nous avons, par contre, la possibilité de faire un bon petit nettoyage quotidien : au réveil un verre d’eau à température ambiante (mais pas glacée) et puis attendre d’avoir vraiment faim avant de manger quoi que ce soit. La vraie faim n’apparaîtra pas avant 1 à 2 h, mais dans tous les cas il est bien d’attendre au moins ½ h.

Plus c’est simple … plus c’est facile à digérer
Pour une digestion facile et optimale : un seul type d’aliment à la fois. Chaque type d’aliment nécessite un processus de digestion et un PH différent. Si on mélange tout, c’est le bazar ! Le système digestif ne sait pas comment s’y prendre, et cela produit des fermentations indésirables et des toxines. En gros, cela donne :
* fruits
* légumes, céréales et oléagineux
Il vaut mieux, donc, ne pas mélanger les 2 catégories ci-dessus. A noter que la tomate est un fruit, et que le jus de citron (fruit) dans la sauce salade est fortement déconseillé.

Attendre d’avoir vraiment faim avant de manger
Etant donné que nous n’allons pas avoir forcément faim au même moment, et pas avoir forcément envie de manger la même chose, les repas communs deviennent inutiles. Et c’est tellement simple de manger 2 ou 3 tomates cueillies au potager lorsque la faim nous prend !

Manger tranquillement et bien mastiquer
Le repas n’est pas un bon moment pour discuter…raison de plus pour manger seul tranquillement. « Faire alchimie avec les dents », disait Rabelais. Se nourrir est un acte personnel. Nous pouvons très bien nous retrouver pour discuter, chanter, danser,… sans que ça soit autour de la nourriture.

Les temps de digestion
A noter que les fruits se digérant beaucoup plus vite, on peux très bien manger une pomme et remanger autre chose 1h plus tard (mais 1 kg de pommes va demander un peu plus de temps). Par contre après des légumes, même crus, ou des graines germées, surtout si tu as mis un assaisonnement et si tu t’es fait une bonne assiette, il va tout de même falloir attendre 3 à 4 h avant de pouvoir remanger. Mais si tu écoutes ton corps, pas de soucis, tu n’auras pas faim avant plusieurs heures.

En résumé, pour une alimentation saine :

  • On mange uniquement lorsqu’on a vraiment faim, ce qui, étant donné que nos besoins sont différents, rend caduques les repas organisés, car nous n’avons pas obligatoirement faim au même moment.
    (voir: Manger quand on a faim  & Vraie et fausse faim )
  • Le matin notre organisme est dans un processus d’élimination des toxines, et donc nous buvons juste une verre d’au, ou une boisson chaude (sans sucre) et puis, un peu plus tard et suivant la faim, des fruits au cours de la matinée.
    (voir: Le jeune matinal )
  • Des repas les plus simples possibles avec le moins possibles d’aliments différents en même temps, bien mastiqués en conscience, tranquillement.
    (voir: Les associations alimentaires )
  • … et pas de viande, poisson, laitages, œufs, alcool, thé noir, café, sucre, pain et gâteaux, fritures et graisses cuites, chocolat, sel…
    (voir: Le régime 80/10/10 )

Et les papilles se réveillent. On retrouve le gout véritable des fruits et des légumes. Le corps s’allège, la tête aussi… En route vers la vie.

Tu peux voir également:
Nourrir ton corps & être en santé – part 1
Nourrir ton corps & être en santé – part 2

Le sucre et le sel

Une petite attention pour le sel, que l’on ne considère généralement pas comme une drogue, mais qui, en fait, est un excitant rendu indispensable par l’utilisation du sucre. C’est le fameux équilibre yin/yang que l’on retrouve ici. L’excès de yin (sucre) nécessite l’excès de yang (sel), et vice-versa. Je ne parle pas ici du sucre que l’on trouve naturellement dans les fruits, mais du sucre concenté artificiellement, qu’il soit blanc, roux, et qu’il provienne de betterave, canne à sucre, céréales ou même de fruits. C’est la concentration qui est nocive.

Pour en revenir au sel, il durcit les tissus, les vaisseaux sanguins, et dénature le goût de aliments. Et lorsqu’on le supprime, on redécouvre peu à peu la vrai saveur des aliments.

Nous avons besoin des sels minéraux que nous trouvons dans les fruits et légumes, et pas uniquement de chlorure de sodium…

L’écologie Globale c’est prendre en compte autant l’Ecologie Intérieure que l’Ecologie Extérieure (et vice-versa). Voir les pages: Flores de Vida et l’Ecologie Globale,
et Le projet : une Ecole de Vie Écologique
 
Dernière modification : dimanche 7 octobre 2018 ∼ 08:30